Follow my blog with Bloglovin En Terre d'Enfance

samedi 4 juin 2016

Ateliers Montessori pendant les grandes vacances en Alsace près de Barr

Voici le planning pour les ateliers de cet été :

Ateliers pendant les grandes vacances pour les enfants de 3-12ans:


Semaine du 22-26 août 2016 :  tous les jours de 10-12h et/ou de 14-16h
Pendant cette semaine, nous aborderons l'éducation cosmique de Maria Montessori à travers les premiers grands récits (création de la terre, l'évolution de la vie, l'arrivée de l'homme...).
Les grands récits auront lieu le matin et l'après-midi les enfants feront des réalisations personnelles en lien avec le récit du matin.
Les grands récits s'adressent aux enfants de 5-12ans


Semaine du 29-31 août 2016 : tous les jours de 10-12h et/ou de 14-16h
Pendant ces trois jours, nous travaillerons sur les sciences (espace, système solaire, expériences...)


Tarifs : 15€ pour 2h (tarifs dégressifs pour fratrie)
Possibilité de déjeuner sur place (repas tiré du sac) pour les enfants qui souhaitent rester l’après-midi. Supplément de 5€

Inscriptions obligatoires, les places sont limitées!

Des ateliers individuels peuvent être mis en place sur demande.

Le contenu des ateliers peut-être modifié en fonction du nombre et l'âge des inscrits. Pour recevoir les modifications et/ou tout renseignement concernant les ateliers, je vous invite à vous inscrire à la newsletter ou à m'envoyer un mail à: contact@enterredenfance.com

Les ateliers à thèmes sont proposés aux enfants mais ils ne sont pas obligés d'y participer. Ceux qui préfèrent travailler en autonomie pendant les ateliers à thèmes sont libres de le faire.

 

En dehors des vacances scolaires, je propose des ateliers Montessori pour les enfants de 3-12ans:
Lundi:  16h15-18h15
Mardi : 16h-18h
Mercredi : 10h-12h et de 14h00-16h00
Samedi de 10-12h
Un samedi par mois un atelier thématique aura lieu. Pour être informé des ateliers et des actualités il vous suffit de vous inscrire à la Newsletter.

Autres jours sur demande.
Les ateliers sont des ateliers Montessori, de  soutien scolaire ou encore des cours d’allemand que nous ajustons selon votre demande. 

Pour tout renseignement et/ou inscription aux ateliers, merci de me contacter:
Marie de Saint Germain
8 impasse de l'Ecole
67140 Bernardvillé
Tél: 03 88 92 25 85 ou 06 09 42 61 47
contact@enterredenfance.com

mercredi 20 avril 2016

D’où et comment repenser l’éducation ?

Eymeric a écrit un article "D'où et comment repenser l'éducation" pour le Printemps de l'Education. Je vous invite à y jeter un coup d’œil.

Cet article nous invite à sortir du modèle classique et à réfléchir à d'autres formes d'éducation pour nos enfants.

Bonne lecture!

jeudi 14 avril 2016

Une pédagogie du temps et de ses cycles

Le concept du temps est très abstrait pour l'enfant. Dans la pédagogie Montessori, nous avons certains matériels qui aident l'enfant à en appréhender la dynamique naturelle.
La journée est une "mesure" du temps. La lumière du soleil et la rotation de la terre sur elle-même en sont les bases. 
La chaîne du jour aide l'enfant à aborder le concept des 24h d'une journée.

La chaîne du jour

Le matériel:
- une chaîne du jour (24 perles en bois colorées et montées sur une corde)
- des étiquettes avec les heures du jour (1 heure, 2 heures, 3 heures...)
- des cartes vierges (on écrit avec l'enfant ou l'enfant tout seul) ou des cartes avec des petits textes
- des planchettes de couleur pour pouvoir positionner des objets, des symboles dessus
- des cartes avec des images
- des billets avec matin, midi, soir et nuit
- des symboles, personnages etc pour symboliser les différentes étapes de la journée d'un enfant
- le globe qu'on pose au milieu



Présentation:
On explique aux enfants ce que représente la chaîne du jour: chaque boule représente 1h de la journée et on pose la chaîne de manière à ce que le déroulement s'opère dans le sens contraire des aiguilles d'une montre.

Le travail avec le chaîne consiste principalement à raconter le déroulement d'une journée avec l'enfant. On inclue l'enfant activement dans la récit.
Lors de notre récit, les petits enfants placent des petits objets (d'une maison de poupée ou autre) ou des images symboliques pour les différentes étapes (petit-déjeuner, brosser les dents, jouer, aller faire les courses, le sport...).
Pour les petits enfants (4/5ans), on peut raconter la journée de l'enfant uniquement en mentionnant: le matin, dans la matinée, à midi, l'après-midi, au goûter, le soir... sans les cartes des heures.
Les plus grands peuvent faire de même et/ou lire les billets ou en écrire eux-même afin de les placer aux bons endroits de la journée. Les textes des billets sont très simples: "Je déjeune", "Je me lave les dents"...
Ils peuvent aussi placer les flèches avec les horaires.

lecture des billets


lecture d'un billet
La chaîne du jour avec des objets pour symboliser les étapes d'une journée de l'enfant

Exercices après la présentation:
Les 4/5 ans auront probablement encore besoin qu'on les assiste pour refaire la chaîne avec les images. 
Les enfants lecteurs pourront lire les petits textes, mettre les heures au bon endroit, écrire un petit texte de leur journée type (peut-être même avec des images).
Les enfants aiment aussi faire des petites étiquettes eux-mêmes qu'ils placent au bon endroit. Comme les enfants ne se lèvent pas tous à la même heure, ni font les mêmes choses, chacun pourra personnaliser son cercle, garder les étiquettes et peut-être les coller dans son cahier.
On pourra aussi demander à l'enfant de compter les heures de sommeil et les heures lorsqu'il est réveillé...
L'enfant remarquera peut-être qu'en face de midi, il y a minuit... Des découvertes comme cela peuvent amener l'enfant explorateur (6-12 ans) à faire ses propres recherches sur la notion du temps, la rotation terre/soleil, les saisons, les inclinaisons...

L'enfant compte les heures de sommeil...

Achat de la chaîne du jour:
Je n'ai pas encore trouvé de revendeur en France qui en propose. Vous la trouverez en Allemagne via le site suivant: Montessori Lernwelten

Fabrication de la chaîne du jour:
Il est assez facile de fabriquer soi-même la chaîne. Il suffit d'avoir 24 boules en bois assez grandes (diamètre environ 4-5cm), percées afin de pouvoir passer une corde.
Avant d'enfiler les perles, il faudra les colorier avec un dégradé harmonieux.
Il faudra faire un nœud après chaque perle et nouer les deux bouts ensemble.
A la place des boules, vous pouvez aussi mettre des cubes. Une photo d'une chaîne en cubes sur CE SITE.

Pour les cartes et les textes qui vont avec la chaîne du jour, j'ai fait un fichier que vous pouvez télécharger en PDF et en WORD (pour ceux qui souhaitent modifier/adapter les couleurs à leurs chaîne).
Vous pouvez trouver sur internet toute sorte d'images pour le déroulement de la journée d'un enfant et les utiliser avec la chaîne.

La chaîne du jour Montessori avec les étiquettes

mardi 12 avril 2016

Les enfants de 6-12 ans: des explorateurs...

Des changements physiques marquent une nouvelle phase de développement chez l'enfant de 6 ans. Il commence à perdre ses dents et fait des poussées de croissance. Son corps s'affine et devient plus osseux en prenant progressivement les proportions d'un corps d'adulte.
Lorsque ces événements sont derrière lui, il est physiquement plus robuste, endurant et plein d'énergie. Ces années sont aussi caractérisées par une dynamique psychique pleine d'allant et de joie pour de grands travaux. L'explorateur s'affirme....

Dans son développement psychique, l'enfant de cet âge montre quelques tendances de développement:

1.) Un besoin d’agrandir son champ d'action et de découverte,
2.) Une sensibilité "morale" qui peut se traduire par le besoin de pouvoir apprécier ses actions et celles des autres,
3.) Des dispositions intellectuelles (abstraction, imagination, recherche de liens entre des phénomènes, curiosité, soif de savoir, ...).

Le passage vers cette nouvelle phase de développement représente une transition du sensoriel vers la réflexion. Maria Montessori désigne ainsi la phase des 6-12 ans comme la "phase intellectuelle" (voir discours à Amsterdam le 11/04/1950).


Enfants libre de sortir pour explorer l'environnement

1.) Le besoin d'agrandir le champs d'action et de découverte

Maria Montessori reconnaît le besoin de l'enfant de 6-12 ans dans la dynamique qui le pousse à élargir son environnement et l'expérience qu'il peut en faire. Les enfants ne ressentent plus le même lien d'attachement envers la famille. Ils souhaitent aller au-delà du cercle familial et ils cherchent notamment la compagnie d'autres enfants de leur âge. Ils ont besoin de travailler avec eux en sortant du cadre familial et scolaire. Ils tendent vers une liberté locale et intellectuelle.

Si l'enfant de 3-6 ans a vécu en société d'une manière plus "isolée" (travail individuel), l'enfant explorateur montre un grand besoin de contacts sociaux: il est plus "extraverti" et il s'intéresse aux dynamiques d'une micro-société. Il développe ainsi les premières habiletés relationnelles qui en feront plus tard un membre à part entière de la société. C'est le temps où l'enfant s'approprie la culture.

Maria Montessori a beaucoup insisté pour qu'à cette période de leur vie, les enfants puissent expérimenter en dehors de leur premiers cercles de développement. C'est dans ce contexte évoqué par Maria Montessori que le concept d'éducation cosmique peut trouver sa cohérence et son accomplissement. L'autonomie de l'enfant s'inscrit alors dans un développement au cœur d'une société qu'il va progressivement découvrir en rentrant en interactions. C'est ainsi qu'il aura plaisir par exemple à visiter des musées ou des théâtres, à prendre le bus, à savoir lire une carte, à intégrer les règles de la circulation routière, à savoir se comporter poliment avec les autres,  à savoir s'ajuster si les choses ne vont pas comme prévues, à savoir quel matériel choisir pour mener ses études dans la nature, ou encore à apprendre à lire des cartes topographiques....

Notre culture de surprotection de l'enfant ne favorise pas toujours le développement des capacités exploratoires de l'enfant... Mais il peut être bon d'y réfléchir de temps en temps afin de permettre aux enfants de vivre des expériences comme celles-ci. Car leur capacité à développer une responsabilité en dépend très largement.

Un enfant qui essaie de s'orienter avec une carte

2.) La sensibilité  "morale": une capacité pour apprécier la pertinence de ses propres actions et celle des autres

Maria Montessori a observé la sensibilité particulière de l'enfant de cet âge pour la "morale". C'est le temps où "le sentiment de justice naît dans l'âme de l'enfant" (voir M.Montessori dans "From Childhood to Adolescence, p.7). L'enfant commence à réfléchir si ce qu'il fait est juste ou pas.
Souvent les enfants de cet âge "rapportent" aux adultes (ce qui n'est pas bien vu chez la plupart des adultes). Mais ce "rapport" de l'enfant envers l'adulte n'est qu'une question muette de l'enfant pour affûter son sens de la "justesse" au regard des situations rencontrées. C'est l'éclosion de ce qu'on appelle couramment la conscience morale. Son questionnement sur le "juste" ou "l'injuste" lui permet aussi de commencer à appréhender les lois qui permettent à une société de fonctionner et de se réguler naturellement. C'est donc un apprentissage fondamental qu'il convient d'accompagner avec délicatesse pour permettre à l'enfant de développer une mémoire qui l'aidera par la suite à "régler" des situations en adoptant une attitude cohérente au regard de celles-ci.

Les enfants développent aussi une compassion prononcée pour les autres ou enocre les animaux et d'une façon générale l'environnement dont ils apprennent à prendre soin. Ils veulent souvent combattre l'injustice. Là encore il est important de ne pas "gâcher" ce développement en intervenant à contre-temps alors que l'enfant de lui-même se montre "affecté" par une situation qu'il souhaite accompagner.

Enfants explorateurs

3.) Les caractéristiques intellectuelles (réflexion, imagination, causalité, recherche de liens, faim de savoir, connivence...)

Les enfants de cet âge développent une soif qui les pousse à appréhender la complexité des phénomènes et leur compréhension. Les questions "comment", "pourquoi" et "d'où" montrent la tendance des enfants à lier des phénomènes entre eux afin d'en appréhender les dynamiques. La réflexion est au centre de l'intérêt de l'enfant. La curiosité, les questions infinies et une grande activité de l'enfant sont une tendance observable à cet âge.
Maria Montessori encourage l'adulte à répondre aux questions des enfants, à nourrir cette soif de savoir en permettant ainsi à l'enfant de pouvoir cultiver son intérêt pour les phénomènes divers et variés. Elle expliquait ainsi que les grands récits permettent de nourrir "l'intelligence affamée" des enfants.

Une autre forme d'expression remarquée par Maria Montessori est ce qu'elle a appelé la force d'imagination des enfants. Elle la désigne comme "la grande force de cet âge".
Dans son livre "Éduquer le potentiel humain" elle le souligne ainsi: "le toucher est pour le jeune enfant ce qu'est l'imagination pour le plus grand enfant". 
L'éducation cosmique profite à cette imagination pour apporter aux enfants les phénomènes de l'histoire, la découverte des lois physiques, l'origine de notre écriture...comme aussi tout ce qui constitue le monde et  que les enfants ne peuvent pas toujours appréhender directement avec leur corps. Pour tout cela, les enfants ont besoin de l'imagination afin de dépasser ce qu'ils ne peuvent pas "toucher" directement avec leurs sens. L'imagination n'est donc pas un outil qui serait au seul service du domaine artistique. Elle peut aussi aider les enfants à comprendre l'histoire lointaine, découvrir l'origine des étoiles, ou encore apprivoiser des phénomènes complexes de chimie... 

Les enfants explorateurs ont une grande soif de comprendre le développement de tout ce qui existe. Leur "intelligence extravertie" se tourne vers l'environnement et notamment vers tout ce qui est grand. C'est pour cela que Maria Montessori  a proposé de leur présenter rien moins que l'univers. Cette vaste perspective donne à l'enfant des points de repère lui permettant d'aller progressivement investiguer les champs de connaissance qui l'intéressent.

Etudes dans la nature

A travers les grands récits, l'enfant commence à comprendre les liens qui existent entre les différents domaines, à saisir les forces en action dans le développement d'un phénomène. Un enfant qui se passionne pour la Grèce antique va relier des points communs entre par exemple la géométrie, l'étymologie ou encore l'histoire. Toutes ces informations, l'enfant va les assimiler et les corréler aux connaissances déjà acquises.

Quand l'enfant est passionné par un sujet particulier et qu'il commence à voir les liens ou les interdépendances avec d'autres domaines, il est temps pour lui de répondre à l'appel de l'explorateur en commençant ce que nous pouvons appeler un "grand travail" lequel peut durer des jours et voire des semaines. Ces grands travaux sont aussi différents que les enfants entre eux. Ils correspond ent vraiment à leur questionnement et leurs capacités à agencer un travail sur le long terme dans un espace donné.
Les enfants aiment ces grands travaux. Il y a des enfants qui peuvent ainsi passer une journée à résoudre des multiplications, faire des dessins de plus en plus fins, exercer une activité sportive plusieurs heures par jour, découvrir la nature ou encore réaliser des ouvrages techniques.
Si les enfants ont l'occasion de mener à terme des "grands travaux", cela leur permet d'acquérir des bases solides et expérimentales sans avoir à forcer leur nature.

Maria Montessori met en garde les éducateurs et les parents: "Si à cette époque l'esprit de l'enfant est négligé ou frustré dans ses besoins vitaux, par la suite il deviendra artificiellement obtus et s'opposera à l'enseignement du savoir. Si la graine est semé trop tard, l'intérêt aura disparu; à l'inverse, à l'âge de six ans toute sorte de culture est reçue avec enthousiasme sachant que plus tard ces graines pourront germer et s'épanouir. A la question de savoir combien de graines faut-il semer, je réponds: " (Montessori: "Eduquer le potentiel humain" p.15-16)



Des livres de Maria Montessori pour approfondir le sujet:








par E.M. Standing


dimanche 13 mars 2016

Sortie "Traces et "Indices"

Avec l'association "Nature et Vie", nous avons participé aujourd'hui à une sortie "Traces et indices". Animé par Alexandre Willhem, cette sortie nous a initié à l'observation des traces d'animaux et de tout indice que la nature peut nous donner concernant leur présence. Ce fut tout simplement passionnant! 

Dans la forêt de Heiligenstein/Truttenhausen, nous nous sommes mis à la recherche d'indices...




Quel ne fut pas notre étonnement de voir à quel point ces traces sont nombreuses et variées! Alexandre nous a fait prendre conscience que sur 100m de chemin agricole et forestier, on peut trouver desdizaines d'indices que les animaux forestiers et souterrains nous laissent... à condition de savoir les détecter... Passionnant!

Au début du printemps, lorsque la terre est encore malléable et humide, les traces d'animaux sont faciles à détecter et nous donnent des indices quant à leurs déplacements, habitudes de vie, vitesse, poids, etc.

empreinte de chevreuil
Alexandre a commencé par nous expliquer comment on nomme les parties de l'animal qui laissent des traces dans le sol. Les chevreuils, biches, cerfs et sangliers ont des ongles. Pour les renards ou les écureuils, on parle de pelotes. Quant aux oiseaux, ils laissent des traces de doigts.


Les griffes des animaux (renards et blaireaux) sont normalement visibles (puisque non rétractiles).

Les enfants comme les adultes ont pu comparer les empreintes des animaux: chevreuil, sangliers, renards, blaireau...et nous avons aussi appris et vu que les empreintes des animaux telles qu'on les trouve représentées dans un livre restent un peu éloignées de la réalité. Selon les terrains, les conditions climatiques ou encore la vitesse et/ou saut de l'animal, les empreintes sont plus ou moins aisément reconnaissables. C'est tout un travail de détective de trouver pourquoi et comment une empreinte laissée prend finalement telle ou telle forme.

Les "gardes", petits doigts à l'arrière des doigts principaux qui contribuent à l'équilibre de l'animal sont parfois difficiles à repérer.

empreinte de sanglier
Nous avons vu aussi que les sangliers laissent des traces assez larges et que leurs gardes sont souvent visibles. Les chevreuils écartent leurs sabots lorsqu'ils courent ou qu'ils sautent. La taille de l'empreinte augmente aussi quand l'animal saute.

Les animaux marchent la plupart du temps dans leurs propres empreintes. C'est à dire que leurs pattes arrières marchent dans les empreintes des pattes avant. Le renard le fait à la perfection.
Lorsqu'un animal court très vite, les pattes arrières peuvent parfois dépasser les empreintes des pattes avant.

Empreinte de chevreuil (on voit que les pattes arrières recouvrent presque les empreintes des pattes avant)
Les pointes des doigts nous indiquent dans quelle direction un animal est partie. Une succession de traces/empreintes forment ainsi une piste. L'ensemble constitué par les quatre pattes d'un animal est appelé une "voie".

On a pris conscience que la nature est un livre ouvert. Mais pour pouvoir le lire, il faut pouvoir déchiffrer les caractères qui le composent dans des situations très variables. Ce livre n'est pas écrit en lettres, mais en signes/traces/empreintes/indices... Il faut pouvoir les relever afin de pouvoir les interpréter. Et aujourd'hui nous avons eu la chance de découvrir certains indices:

- un tronc d'arbre mort, encore debout ou peut-être déjà abattu et le long du chemin: pour un randonneur non initié, c'est un tronc d'arbre... on ne le remarque peut-être même pas. Aujourd'hui, nous avons pu voir qu'un petit bout de bois peut nous montrer la présence d'animaux différents. Nous observons des trous dans l'écorce: voilà le signe laissé par un pic-vert qui cherchait de la nourriture. Quand on enlève un bout d'écorce ou s'il est déjà enlevé, on peut parfois voir les sillons laissés par des larves sous l'écorce, signe que la vie continue, même si l'arbre est "mort". 

Observation d'un tronc d'arbre "mort" encore debout

- dans les écorces des arbres nous avons pu voir des restes de graines encastrés: signe qu'un oiseau (comme le pic) utilise une configuration (les fentes d'écorces) pour y poser les graines dans le but de les coincer et les ouvrir avec leur bec.
Explication du pic-vert à l'aide d'un livre...
... et d'une plume
- les cônes de pin/épicéas rongés par les animaux nous indiquent qui les a "dégrainé": les pics par exemple les picotent à raison de 5000 coups en 5 min; les écureuils arrachent les écailles en délaissant la partie principale et terminale.

- l'ail des ours: attention lors de la récolte car il y a risque de confusion avec l'arum, les muguets et les colchiques d'automne qui sont tous les trois très toxiques. 


- des terres remuées dans les vignes: cela montre le passage des sangliers qui, avec leur groin ont remué la terre pour pouvoir trouver des graines, des vers, des champignons, des petites bêtes, des larves, des campagnols, des muleaux...

- des vers de terre qui ressortent de la terre lorsqu'on y reste un moment et qu'on bouge. Cela fait des vibrations souterraines que les ressentent comme une tombée de pluie. Cela les fait sortir de la terre...

- les branches des arbres en bordure de forêt sont mangées par les animaux. Lorsqu'il y a présence de biches/cerfs, les branches d'arbres sont mangées jusqu'à une hauteur de 1m80 environ. S'il y a des chevreuils, les branches sont rasées environ à 1m50.

- crottes de sangliers: en hiver, les crottes sont différentes par rapport à celles de l'été... cela est dû à l'alimentation réduite en hiver (principalement des vers de terre), donc les crottes sont plus molles et ne sont point des "gouttes" séparées


En parlant de crottes, Alexandre nous a montré une crotte de castor, quelque chose d'exceptionnel, puisqu'on en trouve que très rarement (comme ils les font dans l'eau, il est très difficile de les trouver...)
crotte d'un castor
- lorsque la végétation a repris "du poil de la bête" (pour notre excursion, c'était un peu trop tôt pour le voir, mais on fera attention le printemps venu), on voit que les animaux ne suivent pas comme nous les chemins forestiers, mais ils ont leurs propres chemins: ce sont les coulées. On les remarque parce que l'herbe est foulée et que des chemins se dessinent entre des arbres, des haies... Selon la taille des animaux, les chemins sont plus ou moins visibles/larges/hauts. Les animaux se déplacent pour se nourrir, fuir (ou trouver un chemin pour qu'on n'est pas visible) et pour ne pas dépenser plus d'énergie que nécessaire. Le chemin idéal pour un animal n'est pas forcément le plus court... mais le plus adapté à ses besoins...

- différences entre les traces de chien/renard et ceux d'un blaireau: les pelotes du blaireau sont alignées en haut de la paume, ceux du renard/chien sont divisées en deux devant et deux sur les cotés.

Différences entre les empreintes de chien/renard et blaireau/écureuil
Un bâton anodin au premier abord, mais précieux en indices:

Les sillons laissés par différentes larves

Les enfants ont trouvé des écorces d'arbres: un travail en commun pour les rapatrier aux voitures






Quelques liens pour comprendre les traces d'animaux:

Le site de l'ONF (Office National des Forêts) sur les traces d'animaux (mais tout est passionnant sur ce site)

Le site d'Eveil et Nature qui propose un téléchargement du fichier "empreintoscope". Très bien fait et facile à emmener et à utiliser. Sur le même site, vous trouverez également la clé de détermination simplifiée des empreintes d'animaux en téléchargement.

Traces animales

Un fichier de la pédagogie Freinet

Scoutorama


Quelques livres à lire (avec ou sans les enfants):

En cliquant sur l'image vous serez directement transféré sur le site d'Amazon avec la description des livres. 



Un autre livre très chouette pour les enfants est:



Sur le site de la petite salamandre, on peut s'abonner à des magazines pour tout âge. Ils sont très bien fait et les enfants les adorent.
Sur le même site, on y trouve également des miniguides. Ce sont des petits dépliants super bien faits. On peut facilement les emporter en ballade.
Le site "La Hulotte" propose également des abonnements sur les sujets de la nature.